Position du PLRT sur le dossier du Camping

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Le serpent de mer que constitue le dossier « camping de La Tène » a fait surface ! Juste avant les élections communales ! Damned ! Tel le monstre du Loch Ness, il a montré le bout de son museau et il déchaine déjà les passions. Les résidents se mobilisent, les opportunistes sortent du bois, les conservateurs sont aux aguets et les référendaires en embuscade ! Le clientélisme et le corporatisme, qui font souvent recettes dans notre canton, gangrènent d’ores et déjà ce dossier.

Au sein du PLR, nous pensions qu’un épilogue à ce dossier relevait du mythe, qu’il était impossible d’aboutir à qqch de concret. Vous le savez très bien chers collègues, le dossier du camping de La Tène est ouvert depuis bien longtemps, depuis trop longtemps diront certains. Les projets ont été nombreux. Nous ne referons pas l’histoire mais nous constatons que toutes les initiatives de reprise ont échouées. Ce qui montre bien que la simple volonté de vouloir faire quelque chose ne suffit pas. Et même si certaines initiatives semblent parfois pavées de bonnes intentions, il faut que ces dernières soient concrétisées, avec sérieux, savoir-faire et professionnalisme. 

Pour bien illustrer cela, nous nous souvenons du projet d’Animatène, qui n’a malheureusement pas abouti, et dernièrement du pharaonique projet de Marina qui prévoyait d’installer un port pour de grands et polluants yachts sur l’emplacement du camping ! Nous n’avons jamais été bien informé sur ce dossier, mais il a bien existé et n’a pas réussi à se concrétiser.

Désormais le dossier du camping revient et il est étonnant de l’exprimer ainsi : nous nous en réjouissons ! Nous souhaitons le dire d’entrée, pour le groupe Libéral-radical, à l’image du monstre du Loch Ness que les écossais adorent et appellent affectueusement Nessi, ce camping, cette baie de La Tène, ce lieu magique, nous l’adorons ! Nos concitoyens et nos concitoyennes, les habitant-es de La Tène et environs aussi l’adorent ! Et ils méritent que l’on s’en soucie !

D’un point de vue politique, pour notre groupe, la gestion d’un camping n’est pas une mission qui doit incomber à une collectivité publique. Une collectivité publique, telle que notre administration communale, doit mettre son énergie aux règlements des tâches régaliennes d’une Commune : sécurité, éducation, droits politiques, protection sociale, infrastructures, aménagement du territoire notamment. Pas dans la gestion d’un camping ! En ce sens, nous partageons la vision du Conseil communal car il propose de remettre la gestion du camping à un acteur éprouvé du domaine, sérieux et qui maîtrise son sujet. Un acteur qui gère à satisfaction bon nombre de camping à travers la Suisse, tout simplement le plus grand gestionnaire de camping de notre pays. La Tène, lieu chargé d’histoire, qui a donné son nom à une époque, l’âge de La Tène, mérite bien d’être confiée à un acteur reconnu et qui ne cherche pas le profit à tout prix s’agissant d’une association à but non lucratif. 

Pour rappel, on dit parfois que le TCS est le club de la « « bagnôôôôle » (avec l’accent genevois de Dieu), c’est faux. Il y a plus de 120 ans, ce sont 205 cyclistes qui ont jeté les bases du plus grand club de la mobilité en Suisse qui compte 1.5 mios de membres aujourd’hui ; et c’est en 1946, au sortir de la deuxième guerre mondiale, que le TCS s’est lancé dans la gestion des campings. Les tarifs des campings TCS ne sont pas hors de prix et réservé à une élite comme le dise certains, insuffisamment renseignés semble-t-il. Je vous invite à faire du camping et à comparer les prix. Le glamping coûte plus cher mais c’est toujours moins cher qu’une nuit d’hôtel et c’est une offre parmi d’autres au sein des campings TCS ! Dans les points positifs toujours, ce projet nous réjouit car nous voyons que le Conseil communal a bien négocié la rente annuelle avec ce partenaire. Obtenir une rente de CHF 240'000.- + CHF 30'000.- est une belle réussite, alors que la première proposition dépassait à peine CHF 100'000. Nous souhaitons féliciter le Conseil communal pour son travail de négociation.

Le Conseil communal, en choisissant de collaborer avec le TCS sur le dossier du camping, souhaite apporter du dynamisme, un vent de fraîcheur sur notre magnifique site de la Tène. Il souhaite faire rayonner cet endroit, ce joyau, le joyau de la couronne de la Commune. Le changement de modèle d’affaire, permettra de générer un  nouveau tourisme, tourisme entre autre de passage qui apportera des revenus pour les commerces de notre Commune et probablement du Littoral neuchâtelois. Nous nous réjouissons du fait que le Conseil communal ait prévu d’agrandir les zones d’accès au publique au bord de la baie. En effet, il est proposé de libérer 3000m2 pour un accès libre aux habitants de la région d’un des sites les plus exceptionnelles du Littoral Est. Ces points positifs, ces félicitations adressées au Conseil communal sont malheureusement la pointe de l’iceberg….de la baie de La Tène. 

Les points négatifs sont nombreux, encore trop nombreux aux yeux de notre groupe. Ces points négatifs, ceux qui font dire à notre groupe que ce dossier, bien qu’intéressant, n’est pas mûr et qu’il doit être retravaillé et complété sur certains axes. Les voici : Tout d’abord, le rapport qui nous est proposé ne présente aucune offre comparative ou alternative à celle du TCS. Nous pensons qu’il sera très difficile de s’aligner avec le projet monté avec le TCS mais il n’est pas prudent à nos yeux de ne pas envisager ou proposer une autre voie. Deuxièmement, le rapport ne dit rien sur les économies qui seront engendrées au sein de la Commune.

Outre les deux collaborateurs directement impliqués sur le site, suivre le dossier du camping demande un temps considérable à une multitude d’acteurs au sein de l’administration communale. Se défaire de cette tâche doit permettre de réduire les postes de travail. Combien d’EPT en moins à l’horizon 2022 telle est la question ? Le chiffre de 1.5 EPT a été articulé et c’est certainement un minimum. Notre groupe demande une information claire et un engagement formel du CC par la suite. Nous ne pouvons pas transférer une tâche et en conserver les charges, c’est un non-sens économique. 

Autre problème, le rapport dit que l’on sollicite le CG alors qu’il ne serait normalement pas nécessaire de le faire s’agissant de transactions relevant du patrimoine financier. Ceci n’est pas correct, la loi sur les communes prévoit à son article 52 que les transactions immobilières sont soumises à l’approbation du Conseil général. De ce fait, nous demandons que le CG soit impliqué dans toute prise de décision concernant le futur de ce camping.

Le rapport ne dit rien de précis sur l’accompagnement des résidents qui verront leurs baux à loyer résiliés. Il ne dit rien de précis sur les délais, sur les mesures qui seront proposés pour trouver un nouvel emplacement ici, sachant que  70 emplacements seront toujours réservés, ou ailleurs. Ces personnes méritent plus de considération et de bienveillance qu’un simple courrier et un rendez-vous en décembre 2020. La communication doit absolument être soignée.

Autre chose, sachant qu’un tel déménagement engendrera éventuellement des frais pour la commune, nous aimerions que ce poste ne soit pas oublié dans ce projet. Le rapport dit que les collaborateurs-trices travaillant au camping pourront être repris par le TCS. Ce point n’est également pas précis dans le rapport. Comment, à quelles conditions, dans quels délais ? Ces personnes méritent également considération même si au sens de la loi sur le statut de la fonction publique, s’agissant d’une réorganisation, leurs postes pourraient être purement et simplement supprimés.

Le rapport ne dit rien de précis sur la gestion du port de La Tène. Selon nos informations, le TCS reprendra la gestion du port et encaissera les taxes d’amarrages. Question devra-t-il entretenir le port ? Ça nous semble logique mais il faut le dire.

Le contrat qui précise le droit de superficie n’est pas joint au présent rapport et nous souhaitons le voir ou alors qu’il soit discuté en commission financière. Il devra être très clair sur les conditions de remise du camping à l’issue du délai de 40 ans. Le rapport est lacunaire sur cette question. Il manque une information financière importante sur les droits de retour des bâtiments, exigés en bon état : est-ce à titre gratuit ou à leur valeur intrinsèque, ou valeur amortie ? c’est très important à l’échéance. Notre groupe pense que c’est, s’agissant de l’intérêt de la collectivité, la gratuité sauf impense autorisée par superficiant et amortie sur la durée écoulée à 2,5% qui doit être négociée.

Concernant la rente complémentaire de 5% si le chiffre d’affaires est supérieur à CHF 2 millions, c’est un mécanisme que nous trouvons élégant mais nous n’avons aucune idée si c’est un chiffre réaliste ou exceptionnel. Autre point problématique aux yeux du groupe libéral-radical : l’investissement de 2.4 millions. Notre groupe ne comprend pas pourquoi il appartient à notre Commune de supporter ce risque. Le modèle d’affaire du TCS prévoit une arrivée d’eau et d’électricité, nous ne le discutons pas et ne jugeons pas ce modèle qui semble faire ses preuves et correspond aux attentes de la clientèle. Toutefois, à notre sens, tous les investissements devraient être à charge du superficiaire pour limiter le risque politique. Dans le cas contraire, nous demandons que le superficiaire nous paie une compensation en cas de vente ou de résiliation précoce du DDP. Les habitants étant toujours peu enclin à investir pour un objet qui ne leur apporte a priori rien directement, il faut être très prudent sur cette question. Pour rappel, les habitants de La Tène avait accepté de justesse le crédit de 1,9 million pour la reconstruction du bâtiment sanitaire du Camping de La Tène. 817 voix étaient favorables contre 800 voix défavorables. La participation faisait rêver d’ailleurs, elle qui s'élevait à 45,55%. Avant dernier point, mais d’une importance capitale, le rapport ne nous apprend rien sur l’environnement, l’énergie et la biodiversité. Certes, les rives et la baie ne font pas partie du DDP et resteront dans le giron de la Commune. Mais dans quelle mesure, en cédant la gestion du site au TCS pour 40 ans, la commune de La Tène pourra conduire sa politique de l’environnement, de l’énergie et de la biodiversité aussi sur ce site ? Une convention avec le TCS sur cette question serait certainement une solution ou une mention dans le DDP.

Compte tenu de tous les points négatifs ou lacunaires précités, pour notre groupe, ce rapport doit être retiré après ce débat d’entrée en matière. Comme déjà dit, ce dossier mérite d’être retravaillé dans le sens de nos remarques, discuté au sein des commissions dédiées et être représenté dans une nouvelle variante à notre législatif. Le Conseil communal ne doit pas aller aussi vite que possible, il doit aller aussi lentement que nécessaire. Reculer n’est pas de la faiblesse. C’est faire preuve d’intelligence et de sagesse. Nous souhaitons toutefois redire, malgré toutes les remarques critiques mais toujours constructives vous l’aurez remarqué ;-), que nous croyons en un dénouement heureux de ce dossier et nous réitérons nos remerciements au Conseil communal pour le travail réalisé jusqu’ici !

Merci de votre attention.